Sélection de parutions

lien

Les chrétiens aux bêtes

Souvenirs de la guerre sainte proclamée par les Turcs contre les chrétiens en 1915

Jacques Rhétoré

12 avril 2005

Editions Le Cerf

Couverture du livre : Les chrétiens aux bêtes

La ville de Mardin est située au sud-est de la Turquie actuelle, à la jonction du plateau du Kurdistan et de la plaine de la Mésopotamie. C'est là que le père Jacques Rhétoré, ainsi que deux autres dominicains, les pères Simon et Berré, membres de la mission dominicaine de Mossoul, se trouvent déportés par les Turcs en 1914. C'est là qu'ils assistent, en 1915 et 1916, aux massacres des chrétiens, arméniens, syriens catholiques et jacobites, chaldéens, nestoriens et protestants. Le récit du père Rhétoré est, à la fois, un reportage objectif et précis de cette tragédie et un « martyrologe » bouleversant. Ce document exceptionnel est publié en une période de notre histoire où l'actualité place encore à la une des journaux les noms de Mossoul, du Kurdistan et de la Turquie, où les relations entre l'islam et le christianisme demeurent difficiles et où la disparition progressive des chrétiens du Moyen-Orient se poursuit inexorablement.

A propos de l'auteur :

Jacques Rhétoré est né, en 1841, à la Charité-sur-Loire. Il entre chez les Dominicains à l'âge de dix-huit ans. Après avoir été maître des novices, puis prieur, il rejoint la mission de Mossoul (Irak actuel) en 1874. En 1881, il fonde la mission de Van en Arménie, très éprouvée par la suite par les massacres des Arméniens en 1895. En 1920, il retourne à Mossoul où il meurt l'année suivante. Personnalité hors du commun, très doué pour les langues - il enseignera les langues orientales à L'Ecole biblique de Jérusalem de 1893 à 1897 ; le père Rhétoré devint un grand spécialiste de l'araméen et du soureth (dialecte néo-araméen oriental) dont il établira la grammaire. Il écrira de nombreux ouvrages dans cette langue (textes religieux ou profanes, chants populaires, cantiques, poèmes).

  • N° ISBN : 2204072435
  • Nombre de pages : 397
  • Prix éditeur : 29,00 €
  • amazon
  • fnac
  • alapage

Haut de page


lien

Le génocide arménien et la mémoire historique du peuple

Verjiné Svazlian

avril 2005 (réédition)

Editions Guitoutiun

Couverture du livre : Le génocide arménien et la mémoire historique du peuple

L'ouvrage présente les événements historiques du génocide arménien (1915-1922), détaillés et confirmés par les témoignages populaires communiqués par les témoins oculaires rescapés du génocide, inscrits, enregistrés sur cassettes audio et vidéo par l'auteur pendant plus de cinquante ans en Arménie et dans la diaspora (Grèce, France, Etats-Unis d'Amérique, Turquie).

L'étude s'accompagne de la carte de la déportation et du génocide arménien en Turquie ottomane, des photographies des rescapés et de résumés en français, allemand, turc, russe et arménien.

L'ouvrage est destiné aux historiens, ethnologues, juristes et politologues, ainsi qu'aux lares cercles de lecteurs s'intéressant à l'ethnologie.

  • Nombre de pages : 140
  • Editions Guitoutiun

Haut de page


lien

Le tigre en flammes

Le génocide arménien, et la réponse de l'Amérique et de l'Occident

Peter Balakian

11 mars 2005

Editions Editions Phébus

Couverture du livre : Le tigre en flammes

Si l'on évoque souvent l'horreur du génocide arménien, la plupart d'entre nous ignorent la réalité de ce qui s'est vraiment passé en Turquie dans la dernière décennie du XIXe siècle, puis en 1915-1916 - ce dernier épisode, le plus sanglant (un million de victimes au moins), ayant été largement camouflé par l'actualité de la Grande Guerre. Peter Balakian, puisant à des sources peu connues, établit dans ces pages, preuves irréfutables à l'appui, un compte rendu aussi exhaustif que possible des atrocités commises ou " couvertes " à l'époque par les autorités turques. Si son travail éclaire ces tragiques événements d'un jour neuf, la partie la plus passionnante de sa recherche concerne non tant le black-out entretenu sur l'affaire pendant près d'un siècle par le pouvoir turc que la surprenante réponse de l'Occident à la réalité des crimes commis - et au silence des bourreaux. Car on a oublié à la fois l'ampleur de la mobilisation de l'Occident en faveur de la cause arménienne dans les années 1890-1920 (145 articles sur le sujet dans le New York Times pour la seule année 1915 !)... et la trahison de l'Amérique et de ses alliés qui dès les années 20 et 30 allaient enterrer toute l'affaire (il ne fallait pas faire de peine aux Turcs, devenus entre-temps de précieux alliés sur le front pétrolier du Moyen-Orient : contrôlant la haute vallée du Tigre, ils détenaient l'une des clés d'accès aux précieuses réserves de l'Irak !). On l'aura compris, Le Tigre en flammes ne nous parle pas que d'un passé un peu vite décrété hors d'actualité, il nous tend également un miroir, aussi fascinant qu'inquiétant, où nous serons peut-être surpris de nous reconnaître...

A propos de l'auteur :

Il fait partie de cette nouvelle génération d'historiens américains qui refusent de soumettre leurs recherches à la dictature du " politiquement correct ". Le Tigre en flammes (2003), actuellement en cours de publication dans une dizaine de pays, a été salué par la critique comme " un ouvrage capital " (THE MONTREAL GAZETTE.)

  • N° ISBN : 2752900651
  • Nombre de pages : 507
  • Prix éditeur : 22,50 €
  • amazon
  • fnac
  • alapage

Haut de page


lien

L'Arménie à l'épreuve des siècles

Annie Mahé
Jean-Pierre Mahé

13 janvier 2005

Editions Découvertes Gallimard

Couverture du livre : L'Arménie à l'épreuve des siècles

Entre mer Noire et mer Caspienne, Caucase et Mésopotamie, le haut plateau arménien, dominé par le mont Ararat où se serait échouée l'arche de Noé, vit éclore l'une des plus importantes civilisations du Moyen-Orient. À la fin du VIe siècle avant J.-C., les Arméniens y fondent un puissant royaume qui devient, en 301, le premier État officiellement chrétien. Située au carrefour des grands Empires perse, romain, byzantin, puis arabe, mongol, ottoman et russe, cette terre a toujours été âprement disputée. Les brèves périodes d'indépendance de l'Arménie, entrecoupées de siècles de sujétion et d'occupation, lui ont toutefois permis de forger les armes d'une forte identité culturelle : une foi inébranlable, une écriture et une littérature exaltant la conscience nationale. Victime en 1915 du premier génocide du XXe siècle, le peuple arménien a su préserver, tant dans la mère-patrie qu'en diaspora, cette culture millénaire dont Annie et Jean-Pierre Mahé retracent avec une brillante érudition les grands jalons.

  • N° ISBN : 207031409X
  • Nombre de pages : 159
  • Prix éditeur : 14,00 €
  • amazon
  • fnac
  • alapage

Haut de page


lien

Le Golgotha arménien

Deuxième tome

Grigoris Balakian (Monseigneur)

septembre 2004

Editions Le cercle d'écrits caucasiens

Couverture du livre : Le Golgotha arménien

Dans cette deuxième partie et fin de ses Mémoires consacrés au génocide des Arméniens par le gouvernement des Jeunes-Turcs (déjà laïque en 1908-1918, on ne le dira jamais assez!), Grigoris Balakian retrace la période entre le printemps 1916, lorsque, sûr et certain de ne pas en réchapper, il s'enfuit de la caravane de déportés arrivée à Islahiyé après une harassante marche à pied du nord au sud de l'Asie-Mineure, et l'hiver 1918, lorsqu'il quitte la Turquie où il assiste à des événements qui ne lui laissent rien présager de bon pour l'avenir.

Durant ces deux ans et demi, conscient de l'extrême gravité de la situation et de la volonté des Jeunes-Turcs d'effacer toute trace des Arméniens de leur terre ancestrale, même de ceux bénéficiant de la toute relative protection des Allemands qui les emploient à la construction du chemin de fer de Bagdad, il va changer plusieurs fois de cachette et d'identité pour échapper aux recherches, puis à la déportation et à l'assassinat dont seront victimes les quelques 13.000 employés et ouvriers arméniens des chantiers des tunnels dans les montagnes de l'Amanus et du Taurus, en dépit des nombreuses protestations des ingénieurs-géomètres allemands, autrichiens et suisses adressées au quartier général allemand à Constantinople et de leurs tentatives de les sauver.

Comme dans la première partie, Grigoris Balakian ne se contente pas de rapporter les événements, il se livre avec lucidité à leur analyse, une analyse que des années, voire des décennies plus tard sera faite par des chercheurs et des historiens. Cette lucidité s'accompagne d'un franc-parler et d'un langage souvent virulent qui lui sont propres. Il ne mâche pas ses mots à l'endroit ni des Turcs, ni de leurs alliés allemands qui assistent passivement à l'extermination des Arméniens, ni plus tard des vainqueurs dont les turpitudes, les compromissions, les trahisons le révoltent dès le lendemain de l'armistice. Impartial et objectif, il stigmatise aussi les siens, les uns pour leur naïveté, les autres pour leur impéritie, d'autres encore pour leur ignoble collaboration avec les bourreaux de sa nation et contre lesquels, tout homme d'Église qu'il soit, il prononce une condamnation sans appel totalement dépourvue de pardon chrétien.

  • N° ISBN : 2913564143
  • Prix éditeur : 29,50 €
  • fnac

Haut de page


Page : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17

Nous écrire Haut de page Accueil XHTML valide CSS valide