Source(s)
Archives américaines

Rapport sur le traitement des enfants
arméniens à Trébizonde

20 juillet 1915

Ambassade américaine à Constantinople, 20 juillet 1915
À l'Honorable Secrétaire d'Etat à Washington

Monsieur,

En complément à ma dépêche du 15 juillet 1915 se référant à la situation arménienne, j'ai l'honneur de vous adresser ci-joint en double exemplairedes copies d'une dépêche sur le même sujet reçues du Consul américain de Trébizonde.
J'ai l'honneur d'être, Monsieur, Votre dévoué serviteur

Signé: Ambassadeur US de l'Empire Ottoman:
Henry Morgenthau

P.J. copies en double exemplaire datées du 7 juillet 1915


CONSULAT AMERICAIN DE TREBIZONDE
7 juillet 1915

A l'Honorable Henry Morgenthau
Ambassadeur Américain
Constantinople

Monsieur,

En référence à mes dépêches à l'Ambassade des 22 juin, 30 juin et 3 juillet concernant la déportation des Arméniens de Trébizonde à l'intérieur via Gumashhane, et ma dépêche du 3 juillet au Département, dont une copie a été adressée à l'Ambassade, au sujet du suicide de Cavass Ohannes, je désire aujourd'hui préciser que la population arménienne du vilayet de Trébizonde est estimée à 36 000 personnes. La population arménienne de la ville de Trébizonde et des villages environnants est estimée à 10 000 personnes. Parmi celles-ci, 5200 ont déjà été déportées. Il y a environ 3000 enfants retenus dans ces maisons que les Turcs appellent "orphelinats".

Les filles jusque l'âge de 15 ans inclus, et les garçons jusque 10 ans inclus sont acceptés. Ceux qui ont plus de ces âges sont obligés d'aller avec leurs parents. Un certain nombre de femmes arméniennes et de jeunes filles sont retenues dans ces maisons pour surveiller les bébés et les enfants. Les institutions sont gardées par des gendarmes, et chaque institution a un "Moudour" turc, un directeur.

Le docteur et Mrs. Crawford ont reçu dans leur école environ 300 enfants, de parents qui avaient été déportés. Certains de ces enfants étaient très petits, et il y avait quelques bébés. Dans certains cas, les parents ont laissé de l'argent et des bijoux pour couvrir les dépenses des enfants, ou pour prendre bien soin d'eux. Naturellement, c'était tout à fait contraire à la proclamation qui avait été affichée par le gouvernement.

Le Gouverneur Général a adressé des notes au Dr. Crawford, l'informant qu'il lui serait demandé d'abandonner les enfants, car les autorités étaient prêtes à en prendre soin, mais qu'il devait néanmoins les garder quelques jours jusqu'à ce que des arrangements puissent être faits pour eux, et qu'ils soient envoyés et déplacés ailleurs. Les autorités l'appelaient également à leur remettre tout l'argent et les articles de toutes sortes déposés par les Arméniens, en contradiction avec la proclamation.

Ces rapports troublants concernant le traitement de ces gens qui ont été envoyés au loin sont courants, et s'il se révèle que la moitié est vraie, ce sera choquant.


J'ai l'honneur d'être, Monsieur, Votre dévoué serviteur.

Signé: Oscar S. Heizer
Consul américain.

RG59, 867.4016/103

Image du document

Traduit par Louise Kiffer