PROCÈS DU GÉNOCIDE

 Dossier :  Mon entretien avec le fils de Soghomon Tehlirian

Par Robert Fisk journaliste -
Article original paru dans "INDEPENDEND" le 20 juin 2016

"Il n'était pas ce qu'un assassin devait être" 
Il m'a d'abord raconté comment il avait tué Mehmet Talaat Pacha quand j'avais 10 ans.

 Soghomon Tehlirian Junior ne veut pas s'attarder avec ceux qui veulent que le génocide des Arméniens soit reconnu de part le monde. «Les Arméniens continuent d'essayer de faire sortir le génocide de l'oubli», dit-il ; C’est de l’histoire.

Tout le monde a tué beaucoup de gens. Vous ne pouvez pas revenir à l’inquisition espagnole et à l’Empire romain. Ce n'est pas mon genre. Je ne me souviens pas que mon père ait dit un mauvais mot au sujet des Turcs. Il voulait juste vivre sa vie en paix. »

J'écoute la voix vive et jeune de cet Arménien de 86 ans qui me parle au téléphone depuis l'Amérique et je dois secouer la tête pour me souvenir que son père, Soghomon Tehlirian, était l'assassin qui a abattu Mehmet Talaat Pacha, le Grand Vizir de l'Empire ottoman et organisateur du génocide de 1915 d'un million et demi d'Arméniens chrétiens.

Il a tué Taalat dans un parc de Berlin en 1921 dans le cadre de l'opération Nemesis destinée à supprimer tous ceux qui avaient participé à l'extermination de leur peuple.

Le tribunal de la République allemande de Weimar était si consterné par les preuves du premier holocauste à grande échelle du XXe siècle, qu'il n'a fallu aux jurés du procès de Tehlirian que deux jours pour déclarer l'assassin arménien "non coupable''.

Soghomon Tehlirian s'en est donc sorti indemne, est allé faire fortune en Yougoslavie où ses fils sont nés et s'est retrouvé en Californie. Son fils cadet avait 12 ans lorsque les Allemands ont envahi les Balkans en 1941.

"J'ai vu le pistolet que mon père avait utilisé pour tirer sur Talaat Pacha, mais quand les Allemands sont arrivés, il l'a jeté dans le Danube", dit-il. «Lorsque les Allemands ont occupé la Yougoslavie, posséder un pistolet Luger aurait été une condamnation à mort.»

L'histoire de la famille est à la fois horrible et tragique et le fils cadet de Soghomon Tehlirian a changé son nom de famille pour se distancier de l'histoire, et des Turcs qui considèrent toujours son père comme le «terroriste» le plus célèbre du monde.

Il a demandé à The Independent de ne pas révéler sa nouvelle identité. «Pas de noms, pas d'adresse… je n'ai aucun lien. On ne sait jamais, si un turc fou découvre… »

Le frère aîné de Tehlirian Junior est maintenant décédé. Son père est décédé en Amérique en 1960. C'était une demande qui ne pouvait pas être refusée. Mais la mémoire du fils survivant de Soghomon Tehlirian est d'une netteté remarquable.

 «C'était l'homme le plus doux que vous puissiez rencontrer, presque naïf. Mon frère aîné et moi avons dû le forcer à nous dire ce qui s'est passé. Il n'a jamais aimé en parler. C'était un homme de très peu de mots. Il écrivait de la poésie et dessinait très bien. «Il n'était pas ce qu'un assassin devait être. Il m'a d'abord raconté comment il avait tué Talaat quand j'avais 10 ans. »

 

Depuis plus d'un siècle, les Arméniens accusent Talaat Pacha, l'impitoyable ministre  de l'intérieur de l'empire ottoman, d'avoir organisé et perpétré le génocide des Arméniens chrétiens de ce qui est aujourd'hui la Turquie. Les hommes victimes ont été abattus dans des fosses communes, décapités près des rivières ou noyés. Leurs femmes ont été envoyées dans les déserts du nord de la Syrie lors de marches de la mort qui se terminaient souvent par des viols et des famines. Des enfants ont été brûlés vifs.

Talaat Pacha, comme les criminels de guerre nazis qui ont suivi son exemple moins de trois décennies plus tard, a cherché refuge à l'étranger après que son pays ait perdu la Première Guerre mondiale. Il a choisi Berlin. C'est là que Soghomon Tehlirian a été envoyé en 1921 pour tuer le grand homme barbu qui vivait tranquillement dans le quartier de Charlottenberg de la capitale allemande.

«Mon père a partagé une chambre avec un groupe d'étudiants», se souvient son fils. «Il a dit que c'était juste en face où se trouvait Talaat. 

Sur les photos, Talaat avait une moustache, mais il avait fait pousser sa barbe et il avait deux gardes du corps. »

Talaat a fait l'erreur classique d'adopter une routine. Il sortait marcher tous les jours à 11h. Mon père s'est mis derrière lui et l'a appelé, "'Talaat"', qui s'est retourné...mon père lui a tiré dessus ... Je ne sais pas ce qui est arrivé aux gardes du corps. Les gens qui ont vu tout cela ont attrapé mon père et l'ont battu et ce n'est que la police de Berlin qui l'a sauvé du lynchage. Plus tard, j'ai découvert qu'il avait également tué un Arménien Quisling à Istanbul qui espionnait pour les Turcs pendant le génocide. »

En effet, en 1921, Tehlerian assassina Hartyun Mkrtchian, qui avait aidé Talaat à rassembler les premiers membres du clergé arménien, des journalistes et des avocats pour l'exil et la mort en avril 1915. Vidkun Quisling était le chef norvégien du gouvernement d'occupation nazi à Oslo en 1940 - comme le mot «génocide», son nom n'a existé comme nom qu'après la Seconde Guerre mondiale - et Quisling a également été exécuté, mais après un procès d'après-guerre.

Au moment où il a tué Talaat, Tehlirian, né dans la province d'Erzerum en Turquie en 1896, avait déjà le sang d'un informateur arménien sur les mains. Le tribunal de Berlin de 1921, le jugeant pour le meurtre de Talaat mais consterné par les preuves du massacre de centaines de milliers d'Arméniens - que l'actuel parlement allemand n'a reconnu comme génocide que ce mois-ci - a libéré Soghomon Tehlerian après deux jours.

L'histoire populaire arménienne veut que toute la famille de Tehlerian - son père, sa mère, ses sœurs et ses trois frères - ait été assassinée devant lui pendant le génocide. 

C'est faux. Soghomon Tehlirian n'était pas en Arménie à l'époque.

Il était en Serbie, y ayant déménagé par hasard le jour même de juin 1914 où Gavrillo Principe avait abattu l'archiduc Ferdinand à Sarajevo, déclenchant la Première Guerre mondiale.

«Mon père n'a jamais eu de sœur», explique son fils. «Lui et deux de ses frères étaient en Serbie. C'est sa mère - ma grand-mère - qui a été tuée lors du génocide, ainsi que son frère aîné Vasken, qui aurait été mon oncle et qui avait été étudiant en médecine à Beyrouth.

«Mon père est allé en Russie pendant la révolution [bolchevique] et a rejoint l'armée arménienne du général Antranik Ozanian, qui combattait aux côtés de l'armée du tsar russe contre les Turcs. J'ai une photo de mon père dans un chapeau de fourrure avec [des bandoulières de] balles drapées autour de lui. Le front russe se trouvait alors dans [la ville arménienne de] Van. Je ne sais pas s'il savait alors ce qui était arrivé à sa mère et à son frère, mais il a trouvé sa nièce de 12 ans, perdue dans les bois en Arménie occidentale. Son nom était Armenouhi et elle était la fille de mon oncle - le frère aîné de mon père, Missak - et la première femme de Missak. »

En 1917, Soghomon Tehrlirian a rencontré une jeune fille arménienne de 15 ans appelée Anahit. «Elle était le grand amour de sa vie», explique aujourd'hui son fils.

«Après son procès à Berlin, mon père est allé à Cleveland aux États-Unis mais Anahit, qui allait devenir ma mère, était à l'intérieur de ce qui était maintenant l'Union soviétique et elle n'a pas pu sortir. Elle est allée au bureau local des passeports à Tbilissi et a dit qu'elle voulait aller en Amérique pour épouser mon père, mais ils ont dit «non». Puis elle et sa sœur aînée ont rencontré un homme d'affaires à Tbilissi en 1923, qui a écouté son histoire puis lui a donné sa carte de visite et a dit aux deux filles de la montrer au bureau des passeports soviétique.

En savoir plus Si un tribunal américain reconnaît le génocide arménien, le gouvernement doit lui aussi le reconnaitre.

«Au moment où ils l'ont fait, ils ont donné à Anahit un visa de sortie et sa sœur un passeport soviétique complet. Ils n'ont jamais su qui était l'homme d'affaires. La mère d'Anahit - ma grand-mère - lui a dit qu'elle était trop jeune pour partir seule et que sa sœur, qui serait ma tante, devait voyager avec elle. »

Les deux filles sont parties pour Marseille - mais les États-Unis ont refusé à la sœur d'Anahit un visa d'entrée parce qu'elle était citoyenne de la nouvelle Union soviétique. Elle a dû rentrer.

«Mon père a abandonné son entreprise à Cleveland et s'est rendu à Marseille», explique son fils. Soghomon Tehlirian a épousé Anahit et a décidé d'aller en Yougoslavie parce qu'il y avait de la famille et des amis. Mais la politique de la révolution le suivait comme un albatros.

En Yougoslavie, il a ouvert une entreprise de café prospère et sa carte de visite, selon son fils, a annoncé qu'il était «moulin à café officiel de la Cour royale» du roi Alexandre. Il avait le monopole du café en Yougoslavie «et roulait dans un break Ford, livrant du café au palais du roi».

Mais après la Seconde Guerre mondiale et l'accession de Tito au pouvoir, Soghomon Tehlirian s'est lié d'amitié avec un gamin des rues et lui a demandé de travailler dans son emporium à café. "Il est devenu communiste", dit le fils de Tehlirian, "et un jour il est entré dans le magasin et a dit à mon père:" Maintenant, sortez d'ici - cela appartient au peuple. " Mon père est rentré en larmes. Ils l'ont juste viré. »

Soghomon Tehlirian a passé le reste de sa vie aux États-Unis avant de mourir d'une tumeur au cerveau en 1960. Son épouse Anahit est décédée en 1979.

«Au cours de ses dernières années, les Arméniens ont montré mon père dans des villes d'Amérique - à Boston, Cleveland, New York», a déclaré son fils aujourd'hui. «Il prononçait des discours patriotiques mais il n'a jamais vraiment aimé parler de ce qui s'est passé.» Sa tombe se trouve au cimetière d'Ararat à Fresno, en Californie, surmontée d'un aigle arménien plaqué or tenant dans sa griffe un serpent représentant la célèbre victime de Tehlirian, Talaat Pacha.

Les cendres de Talaat se trouvent aujourd'hui dans un mausolée très visité dans le centre d'Istanbul. Ils ont été rendus aux Turcs en 1943 dans un train décoré de la croix gammée nazie, et sur les ordres d'Adolf Hitler - qui espérait que cela persuaderait la Turquie neutre de rejoindre les puissances de l'Axe.  

Traduction Gilbert Béguian