PROCÈS DU GÉNOCIDE

Dossier :  LETTRE OUVERTE À MON PÈTE ET MA  MÈRE
Par Gérard Hovakomian

Arménie sacrée de mes ancêtres, berceau du christianisme et de toutes les civilisations, Tu as su restée vivante, malgré les guerres et les nombreuses invasions.

Femme respectable, ton histoire est ancienne car elle remonte à plus de 2500 ans,

Tes enfants étaient des grands Humanistes, des artistes, des savants, mais aussi de vrais combattants.

Tes ennemis te respectaient et enviaient tes conquêtes sous le règne de Tigrane le Grand.

Arménie de mes ancêtres, aujourd’hui tu agonises, sous le regard des puissants le monde t’abandonne lâchement, les profits ne sont plus guère intéressants.

Arménie de mes ancêtres, je m’incline devant toi et j’ai honte de te regarder

Tu t’es battue pour préserver ton identité, la nôtre étant aujourd’hui diluée

Que sont devenus nos héros David de Sassoun, David Bek, Vardan Mamikonian et autres chefs aguerris

Vous êtes des hommes d’honneur, qui avaient donné votre sang pour défendre votre pays.

Et nous, que sommes-nous devenus, des petits hommes pleutres et lâches, préférant les lamentations à l’action.

Arménie de mes ancêtres, tu dois pleurer en silence, car tes ennemis sont féroces
Mais notre silence et nos plaintes sont plus dures et tes souffrances plus atroces

Père, Mère, ne me dites-pas que vous avez été sacrifiés pour rien ; un nouveau mouvement verra peut-être le jour, pour un avenir plus serein

Quant à moi, je n’autorise plus personne à m’indiquer quel sera mon destin.