PROCÈS DU GÉNOCIDE

 

Dossier :   LETTRE OUVERTE À TZIPI  LIVNI

 

Mars 2008

Dans une lettre ouverte à Mme Tzipi LIVNI, ministre israélien des Affaires Étrangères, trois des principaux chercheurs juifs spécialistes des génocides se sont insurgés des propos négationnistes tenus par l’ambassadeur israélien en Turquie cité par la presse turque. (communiqué et texte d'origine)

« Nous vous écrivons pour exprimer notre choc, notre incrédulité et notre horreur à la déclaration attribuée à l’Ambassadeur en Turquie Gaby Levy par le site web du journal Sabah (Turquie) pour qui « ce que nous [Israël] avons fait dans la Bande de Gaza n’est pas un génocide comme il n’y a aucun génocide arménien » déclarent Israel W. Charny, Yair Auron et Elihu D. Richter.

Rappelant que ces déclarations étaient censées répondre aux commentaires faits par le Premier ministre turc Erdogan critiquant la réponse d’Israël aux attaques terroristes à partir de la Bande de Gaza les chercheurs affirment « Nous voudrions croire que ce qui est cité est inexact » car selon ces derniers « Il y a une foule de témoignage historique de nombreuses institutions distinctes et indépendantes d’information pour montrer que les atrocités de masse subies par les Arméniens ont été le résultat d’une politique intentionnelle de la part du gouvernement Turc de l’époque. C’est précisément cette évidence d’une intention de tuer et détruire, en totalité ou en partie, définie selon la Convention de l’ONU sur le Génocide, qui font que ces atrocités constituent un génocide. Elles ont été déclarées génocide par Raphael Lemkin, la personne qui a donné au monde le concept-mot de génocide et qui ont été déclaré comme telles par certaines commissions impartiales et autorités professionnelles, dont l’Association Internationale des Chercheurs sur les Génocides ».

Les chercheurs ajoutent « clairement Israël ne s’est jamais embarqué dans un programme ou une action génocidaire dans la Bande de Gaza » mais « lier la preuve qu’Israël n’est pas l’agresseur dans la Bande de Gaza avec la négation de la validité du Génocide arménien est sérieusement nuisible pour Israël. La mission de l’Ambassadeur Levy n’est pas de réviser la vérité historique mais de représenter Israël avec honneur, respect de soi, compétence et intégrité. Il a failli sa tentative sur tous les points. En déclarant publiquement sa négation du génocide arménien, il fraie la voie pour la négation de toutes les autres menaces génocidaires, principalement celles que doit affronter Israël ».

Les chercheurs concluent « les relations d’Israël avec la Turquie sont une question d’importance essentielle aux deux pays. Mais ces relations n’exigent pas en public d’expositions d’obséquiosité et la participation dans la négation d’un génocide.(...) Nous faisons appel au Gouvernement pour qu’il désavoue les remarques qui lui sont attribuées »

 

Armenian Genocide Resource Center
5400 McBryde Ave
Richmond, CA 94805 USA
(510) 965-0152
Email AGRC@sbcglobal.net

PRESS RELEASE
MARCH 12, 2008

"Israeli genocide scholars respond to reported statements of Ambassador Gaby Levy denying the Armenian genocide."

OPEN LETTER TO MK TZIPI LIVNI,
MINISTER OF FOREIGN AFFAIRS, ISRAEL

MK Tzipi Livni
Minister of Foreign Affairs
Israel Ministry of Foreign Affairs
Jerusalem

We are writing to express our shock, disbelief and horror at the statements attributed to Ambassador to Turkey Gaby Levy by the website of Sabah News (Turkey) that `what we [Israel] did in Gaza is not genocide just like there is no Armenian genocide.' These statements were reportedly in response to comments made by Prime Minister Erdogan of Turkey criticizing Israel's response to the terror attacks from Gaza. We would like to believe that he was misquoted.

Ambassador Levy is insultingly wrong in denying the Armenian genocide.

There is an overwhelming body of historical evidence from many separate and independent bodies of information to show that the mass atrocities experienced by the Armenians were a result of an intentional policy on the part of the Turkish government at the time. It is precisely this evidence of intent to kill and destroy, in whole or in part, as defined by the UN Convention on Genocide, which is why these atrocities constitute genocide. They were adjudged genocide by Raphael Lemkin, the person who gave the world the word-concept of genocide, and have been so adjudged by any number of impartial commissions and professional authorities, including the International Association of Genocide Scholars.

Prof. Yair Auron, PhD
Dept. of Sociology
Open University of Israel
yairau@oumail.openu.ac.il

Prof. Israel W. Charny, PhD (retired Tel Aviv University and Hebrew University)
Executive Director, Institute on the Holocaust and Genocide, Jerusalem
Editor, Encyclopedia of Genocide
encygeno@mail.com

Prof. Elihu D. Richter, MD, MPH
Genocide Prevention Program, Hebrew University-Hadassah School of Public
Health and Community Medicine
elir@cc.huji.ac.il