PROCÈS DU GÉNOCIDE

 

Dossier :  À PROPOS DU PROFESSEUR LEWY

 

Les ex-présidents de l’International Association of Genocide Scholars écrivent au Southern Poverty Law Center

Pour votre information - Veuillez je vous prie prendre connaissance la lettre suivante au Southern Poverty Law Center, signée de tous les ex-présidents de l’International Association of Genocide Scholars [Association Internationale des Chercheurs sur le Génocide].

La réponse du Président du SPLC Richard Cohen suit la lettre.

9 décembre 2010

Cher Southern Powerty Center :

Nous écrivons motivés par des préoccupations éthiques sérieuses à propos du retrait et des excuses que le Southern Poverty Law Center a publié dans son Rapport d’Information (automne 2010), à la suite de la description qu’elle avait faite du professeur Guenter Lewy dans son article ’Etat de Négation" (été 2008), à propos de la politique de négation du gouvernement turc sur le Génocide arménien.

Le SPLC a fait des excuses au professeur Lewy à la suite du procès intenté par le Fonds de défense turc d’Amérique, dans lequel Lewy niait être à la solde du gouvernement turc. Des excuses pour cette affirmation dans un article de journaliste par ailleurs excellent peuvent trouver une justification. Par contre, le retrait et les excuses sont suivis de déclarations qui semblent faire partie d’une transaction légale et correspondre aux tactiques du gouvernement turc de négation du Génocide arménien pour les besoins de son agenda nationaliste.

En dépit des affirmations du professeur Lewy selon lesquelles les éléments d’archives ne soutiennent pas ’un plan prémédité,’ les documents archivés montrent sans ambiguïté que le gouvernement turc ottoman a planifié et organisé le génocide des Arméniens. En outre :

1. En affirmant qu’il y a deux versions de la réalité éthique de cette histoire, le retrait et les excuses ignorent l’évaluation définitive de Raphaël Lemkin, qui a créé le concept de génocide comme un crime du droit international, en grande partie sur la base de la tuerie intentionnelle de groupe des Arméniens par le gouvernement turc en 1915.

2. Les excuses ignorent le consensus universel de l’Association internationale des chercheurs sur le génocide selon lequel le cas arménien constitue un génocide au sens des actes et des intentions de la Convention sur le génocide des Nations-Unies dans leur ensemble. L’IAGS a publié plusieurs lettres ouvertes sur les conclusions définitives concernant les faits génocidaires de cette histoire.

3. Les excuses ignorent également le corpus de recherches pendant plusieurs décennies sur le Génocide arménien dans son ensemble.

De plus, le retrait et les excuses du SPLC présentent une vue trompeuse des travaux du professeur Lewy sur ce sujet. Le professeur Taner Akçam, l’historien turc de premier plan sur le Génocide arménien, a écrit une analyse en 28 pages du livre de Lewy dans Genocide Studies and Prevention (vol. 3, no.1, avril 2008). En résumé, Akçam écrivait : Lewy a ignoré toutes les sources primaires, y comprises celles des archives turques, montrant la planification du génocide par le gouvernement ; il a inventé une histoire sans analyse convenable ni documentation d’archives.

Dans ce sens, il peut être dit que le professeur Lewy a prêté son expérience universitaire à la négation continuelle du Génocide arménien par la Turquie, et par le biais de cette lettre d’excuses, le Southern Powerty Law Center, dont la déclaration de sa mission mentionne que l’organisation se "consacre à combattre la haine et le sectarisme", prête malheureusement main forte à des manœuvres dénuées d’érudition et d’éthique.

Salutations.

Les signataires sont tous les présidents précédents de l’Association internationale des chercheurs sur le génocide :
Dr. JOYCE APSEL, Global/Liberal Studies Program - NEW YORK UNIVERSITY,
jaa5@nyu.edu - FRANK CHALK, PROFESSOR OF HISTORY AND DIRECTOR OF THE MONTREAL - INSTITUTE FOR GENOCIDE AND HUMAN RIGHTS STUDIES, CONCORDIA UNIVERSITY, MONTREAL drfrank@alcor.concordia.ca - ISRAEL W. CHARNY, RETIRED PROFESSOR OF PSYCHOLOGY AND FAMILY THERAPY, TEL AVIV UNIVERSITY AND HEBREW UNIVERSITY OF JERUSALEM, AND EXECUTIVE DIRECTOR, INSTITUTE ON THE HOLOCAUST AND GENOCIDE, JERUSALEM, encygeno@mail.com - HELEN FEIN, BOARD CHAIR, INSTITUTE FOR THE STUDY OF GENOCIDE ; ASSOCIATE, BELFER CENTER, KENNEDY SCHOOL OF GOVERNMENT, HARVARD UNIVERSITY - feinhelen@comcast.net - ROBERT MELSON, PROFESSOR EMERITUS OF POLITICAL SCIENCE, PURDUE UNIVERSITY - melson@polsci.purdue - ROGER W. SMITH, PROFESSOR EMERITUS OF GOVERNMENT, COLLEGE OF WILLIAM AND MARY IN VIRGINIA ; theseus51@msn.com - GREGORY STANTON, RESEARCH PROFESSOR IN GENOCIDE STUDIES AND PREVENTION, INSTITUTE FOR CONFLICT ANALYSIS AND RESOLUTION, GEORGE MASON UNIVERSITY and PRESIDENT, GENOCIDE WATCH, president@genocidewatch.or

 

Réponse de Richard Cohen

Mardi 14 décembre 2010

Chers anciens présidents de l’IAGS,

Merci pour votre lettre. Comme vous, nous pensons que la masse de l’opinion de la recherche est en faveur de la conclusion que le meurtre d’Arméniens au cours de la Première guerre mondiale devrait être qualifié de génocide. Nous ne disions pas autre chose dans notre article publié en 2008, et rien dans notre retrait ne change notre position.

Malheureusement, notre article de 2008 suggérait en même temps de façon erronée que le gouvernement turc finançait la publication d’une vue contraire. Quel que soit le jugement que nous ou l’IAGS pouvons avoir du travail du professeur Lewy, nous étions forcés de nous rétracter sur ce que nous avions dit et lui faire des excuses pour notre erreur. Nous avons également pensé qu’il convenait, à la lumière de notre erreur, de faire reconnaître par le professeur Lewy que le régime turc ottoman portait une part de responsabilité pour les meurtres. Nous espérons que d’autres ne confondent pas notre retrait et nos excuses au professeur Lewy comme l’adoption de ses vues sur la question du génocide.

Richard Cohen
President
Southern Poverty Law Center - P.O. Box 2087 - Montgomery, AL 36102 - 334-956-8200

traduction Gilbert Beguian pour les Nouvelles d'Arménie Magazine