PROCÈS DU GÉNOCIDE

Dossier :  La dénégation d’aujourd’hui est l’holocauste de demain


 
Par Yossi SARID , 1940-2015
Traduction Louise Kiffer
article original dans HARRETZ
11 oct. 2007

Le membre du Congrès Adam Schiff qui a proposé la résolution de nommer les massacres arméniens un génocide, est juif. La nation juive devrait être reconnaissante à l’initiative de Schiff, car il a sauvé l’honneur juif en Amérique, Israël et partout. Il a restauré notre image humaine, en contraste avec les négationnistes cyniques du génocide qui sont pour toujours en quête de dédommagement pour être les perpétuelles victimes.

Adam Schiff marche dans les pas d’ Henry Morgenthau un autre Juif, qui fut ambassadeur en Turquie à cette époque-là. Il a appelé les massacres : « Le plus grand crime de l’histoire moderne »

Adam Schiff est aussi l’élève d’un autre Juif, Franz Werfel, qui sur son chemin vers la Terre d’Israël, s’est arrêté à Damas et a été scandalisé de voir « les enfants arméniens réfugiés mourant de faim, mutilés et malades ». Il publia le livre « Les quarante jours du Musa Dagh » qui choqua le monde.

En 1918, Shmiel Talkovsky, qui était secrétaire de Haim Weizmann, écrit, avec l’approbation de Weizmann : « Y a-t-il une autre nation dont le sort soit plus similaire à la nôtre que les Arméniens ? »

Mais en Israël aujourd’hui il y a des Juifs qui sont moins que Juifs, et des Sionistes qui sont moins que Sionistes, y compris les chefs d’Etat et les chefs du gouvernement. Dénier l’Holocauste d’une autre nation n’est pas moins laid que dénier le nôtre. Il est aussi dangereux. La dénégation d’aujourd ’hui est l’Holocauste de demain. Le génocide arménien n’a pas été le premier de ce siècle. L’armée impériale allemande a tué 100 000 Namibiens en 1904.
En 1915, le génocide arménien a commencé, les Ottomans ont tué un million et demi d’entre eux de diverses façons. Si le monde s’était élevé en protestation contre les Namibiens et les Arméniens, l’Holocauste des Juifs aurait peut-être pu être évité. Cela n’est pas une simple supposition, c’est probablement un fait. Une semaine avant d’envahir la Pologne, Hitler s’adressa ainsi à ses officiers (24 août 1939) : « Cela m’indiffère qu’une faible civilisation occidentale dira de moi…J’ai ordonné à ma formation ‘Tête de Mort’ de tuer sans pitié et sans compassion les hommes, femmes et enfants de descendance et de langue polonaises. Qui, après tout, parle aujourd’hui de l’anéantissement des Arméniens ? »

Tel a été le message d ‘Hitler pour calmer ses troupes .

La prochaine fois qu’un ennemi d’Israël – Mahmoud Ahmadinejad, par exemple – déniera l’Holocauste juif, et que nous nous lèverons en criant haro sur lui, il y aura quelques Gentils suffisants prêts à dire : « Vous avez raison, mais nous avons nos propres Turcs ».

En tant que victimes naturelles et historiques nous devrions être les seuls à répandre le message d’un bout du monde à l’autre ; ce qui nous est arrivé peut arriver de nouveau, à nous et aux peuples du Rwanda, de Bosnie, du Cambodge, du Soudan et de Birmanie.

Il n’est pas nécessaire de comparer les holocaustes pour reconnaître la souffrance des autres nations !!!