PROCÈS DU GÉNOCIDE

Dossier : Rapport de Hovhannes Katchaznouni

Exploitation du rapport pour souligner la trahison des Arméniens(*)

Publié à Bakou : (Azernchr, 2012). à İstanbul : (Kaynak Yayınları) il est abondamment utilisé dans différents sites internet négationnistes, mais aussi, ce qui est regrettable, par un auteur français, Mr Yves Benard, à notre avis sous influence, d'un livre intitulé "Génocide arménien, et si on nous avait menti ? " qui s'appuie sur ce rapport.
Édité par la Société des Ecrivains à Saint-Denis il a depuis été retiré de la collection. L'Éditeur a coupé tout contact avec l'auteur.

Nous reprenons également la note de présentation des négationnistes qui ne savent pas mettre en perspective les évènements relatés par Katchaznouni traduisant ainsi

Le loup et l'agneau de Jean de La Fontaine
"La raison du plus fort est toujours la meilleure"

Note de présentation de Mehmet Perinçek
Le rapport en arménien
Le rapport en français (traduction conforme à l'original arménien)
Lettre de Katchaznouni à un membre du Parti (en arménien)
Lettre de Katchaznouni à un membre du Parti (en français)

 

(*) Pourtant il couvre une période postérieure à la condamnation des chefs de guerre de la Turquie -

Konstantinopolis, 11 Temmuz – Savaş sırasında Türk hükümetinin yöneticileri olan Enver Paşa, Talat Bey ve Cemal Paşa, savaş sırasında Türk hükümetinin davranışı konusunda soruşturma yürüten bir Türk askeri mahkemesi tarafından ölüm cezasına çarptırıldılar.

Constentinople, 11 juillet 1919 — 
Enver Pacha, Talaat Bey et Djemel Pacha, les dirigeants du gouvernement turc pendant la guerre, ont été condamnés à mort aujourd'hui par une cour martiale turque chargée de juger leur conduite pendant la période de guerre.

Après des siècles d'oppression, après le signal du Génocide des massacres hamidiens de 1894, poursuivi en 1909 par les massacres d'Adana, les Arméniens de Van et de Zeitoun se sont révoltés au début de cette guerre. D'autres se sont engagés dans les armées des Alliés. Ce sont les Turcs qui ont décidé  d'entrer en guerre et les Arméniens opprimés ont choisi leur camp.

Il reste que la majorité des Arméniens étaient conscrits dans l'armée ottomane. D'ailleurs de retour d'une inspection sur le front du Caucase, Enver a publiquement fait état, en février 1915, de l'excellent comportement des soldats arméniens, dans une déclaration reproduite par l'Osmanischer Lloyd, journal de Constantinople en langue allemande. Répondant à une lettre de l'évêque de Konia, il écrit :

« Je profite de cette occasion pour vous dire que les soldats arméniens de l'armée ottomane ont rempli scrupuleusement tous leurs devoirs sur le champ de guerre, ce dont je puis témoigner personnellement. Je vous prie d'exprimer toute ma satisfaction et ma reconnaissance au peuple arménien dont le parfait dévouement au gouvernement impérial ottoman est bien connu (*) »

(*)J. Lepsius : Deutschland und Armenien. 1914-1918. Sammlung diplomatischer Aktenstücke. Potsdam 1919.