PROCÈS DU GÉNOCIDE

 Dossier :  Pourquoi prive-t-on les Arméniens de leur droit à la mémoire ?

 

Pourquoi prive-t-on les Arméniens de leur droit à la mémoire ?
Par Elie Wiesel article paru dans ELLE le 27 décembre 2004

Le génocide des Arméniens de Turquie en 1915 n’a jamais été reconnu par le gouvernement d’Ankara. Cette question resurgit dans l’actualité alors qu’on débat de l’entrée de la Turquie dans l’Europe.

« On dirait des images d’enfer ? Familles déracinées, hommes et femmes massacrés sur les routes. Le désespoir nu au niveau de l’absolu. Voilà un chapitre de l’histoire que de nombreux gouvernements turcs ont essayé d’occulter, empêchant ainsi plusieurs générations d’en connaître l’horreur . La grande tragédie du peuple arménien en 1915, je l’ai apprise après la Libération, en lisant le roman historique de Frantz Werfel « Les 40 Jours du Musa Dagh », chef d’œuvre de sensibilité et de vérité, où se reflète la mémoire collective de souffrance et de résistance de tout un peuple qui s’acharne à vouloir rester fidèle à son passé.

Depuis, j’ai rencontré en Amérique quelques vieux survivants de ces massacres, ainsi que leurs enfants ou petits-enfants. Parfois je partage leurs souvenirs avec mes élèves à l’Université de Boston. Bouleversés par l’ampleur de l’épreuve, ils exigent qu’on leur explique le silence, qui, un peu partout, la recouvre pour ne pas déplaire à la Turquie dont l’attitude officielle est effarante, sinon scandaleuse . Pourquoi cet entêtement d’Ankara à carrément nier ce que les « Jeunes Turcs » ont infligé aux Arméniens ? A l’époque, Journalistes et diplomates, venus d’Amérique et d’Europe, ont tous témoigné de ce qu’ils avaient vu et observé autour d’eux. Il suffit de lire les reportages des uns et les rapports officiels des autres pour se convaincre de la véracité de leurs écrits. Leurs accusations paraissent indéniablement fondées ; mais pas aux yeux des officiels turcs Les travaux d’historiens sérieux sont pour eux un mélange de fausses rumeurs, de diffamations alimentant dans le monde une campagne anti-turque et rien d’autre.

A plusieurs reprises j’avais tenté de les raisonner. Je leur disais ce que je pensais de leur obstination qui ne peut que nuire à leur intérêt national. La politique n’a rien à y voir. Le problème est d’ordre moral. Pourquoi et de quel droit prive-t-on les Arméniens de leur droit à la mémoire ? Ne pas savoir y répondre est une chose, ne pas la poser en est une autre. Ces héritiers gardiens de la mémoire arménienne ne réclament pas de dédommagement, ni le retour de leur foyer et de leurs biens. Ils ne prêchent pas la haine et sûrement plus la violence, tout ce qu’ils veulent, tout ce dont ils rêvent, c’est de pouvoir se dire et dire, ce que leurs ancêtres, en pleine guerre ont souffert des générations auparavant.. Où est le mal ? où est le danger là-dedans ? Dois-je le répéter ? je ne crois pas en la culpabilité collective. Seuls ceux qui ont torturé, affamé, et tué leurs victimes innocentes sont coupables. Leurs descendants ne le sont pas. Mais ceux-ci ne doivent pas trahir leur passé commun. Là est leur responsabilité et leur honneur. Et les nôtres aussi.

Elie Wiesel. Ecrivain. Prix Nobel de la Paix.
Décédé le 2 juillet 2016 (à 87 ans)