Sélection de parutions

lien

Les enfants de l’oubli

Raffy Shart

5 avril 2012

Editions Le Cherche Midi

Dans la lignée de Docteur Jivago et de Lawrence d’Arabie, une fresque romanesque inoubliable avec en toile de fond la tragédie du peuple arménien.

 

Printemps 1914, Bitlis, ancienne province du royaume d’Arménie, à l’est de l’Empire ottoman.

Kévork et Zevart se jurent leur amour mais doivent se dire adieu. La jeune fille part vivre à Paris, son père souhaite l’éloigner d’un danger qu’il pressent imminent. Kévork essaye de la retenir, mais devant le désir de Zevart de découvrir la capitale des Lumières, il ne peut que lui jurer d’attendre son retour. À peine un an plus tard, l’illusoire paix entre les Turcs et les Arméniens vole en éclats : les « bataillons de bouchers » débarquent à Bitlis. Les « Jeunes turcs » qui ont pris le pouvoir dans l’Empire ottoman ont donné l’ordre d’arrêter et de déporter des millions d’Arméniens.

Commence alors pour Kévork et ses proches une traque marquée par la violence et les atrocités.

De la déportation dans les camps de Ras Ul-Ayn à la prison de Topkapi, des montagnes de Sassoun à la rencontre avec Lawrence d’Arabie et les tribus bédouines du Wadi Rum, en passant par les États-Unis d’Amérique et la naissance de la Mafia ou encore Paris dans ses « années folles », ce roman raconte le destin croisé de Zevart et Kévork sur plusieurs décennies.

A propos de l'auteur :

Raffy Shart est un réalisateur, scénariste et compositeur d’origine arménienne.

  • Nombre de pages : 868
  • Prix éditeur : 21,00 €

Haut de page


lien

"LES RESTES DE L'ÉPÉE"

Les Arméniens cachés et islamisés de Turquie

Laurence Ritter
Max Sivaslian

31 mars 2012

Editions Éditions Thaddée

Près d'un siècle après le génocide de 1915 qui a décimé la population arménienne de l'Empire ottoman, Laurence Ritter (journaliste et sociologue) et Max Sivaslian (photographe) ont sillonné les territoires ancestraux des Arméniens, à l'est de la Turquie, à la recherche des descendants des survivants.

Ce livre comble un vide. Le thème des survivants restés sur place a été très peu exploré. Qui sont-ils? Essentiellement des femmes et de jeunes enfants, enlevés et convertis de force à l'islam, ainsi que de rares Arméniens qui ont bénéficié de protections, « les restes de l'épée » selon la terrible expression turque.

Ces survivants commencent à briser un tabou en révélant leurs origines arméniennes. Ils seraient des centaines de milliers, voir des millions. Ni Turcs, ni Arméniens modèles, ils sont rejetés.
Hrant Dink, leur Martin Luther King, a été assassiné le 19 janvier 2007 devant le siège de son journal, Agos, en plein centre d'Istanbul.
 

  • N° ISBN : 978 2919131044
  • Prix éditeur : 25,00 €

Haut de page


lien

Un certain mois d'avril à Adana

Daniel Arsand

31 août 2011

Editions Flammarion

Vahan avait acheté à Constantinople un cahier aux feuilles réglées, d'un papier vaguement bleuté, d'excellente qualité, fabriqué en Allemagne, pour y résumer les discours, les diatribes et les discussions dont n'étaient pas avares ses camarades. Dans la matinée de ce mardi il l'ouvrit pour la première fois depuis son achat et inscrivit au crayon sur la page de garde un nom  : Gladys Heather, qu'il entoura par les prénoms des enfants qu'il pourrait avoir avec elle – Endza, Noubar, Simon. Et qu'il n'aurait jamais. Il ne la reverrait plus, il en avait l'intuition. Ces prénoms filaient un espoir, un rêve. Puis il dressa la liste des personnes parmi lesquelles pouvait se trouver son assassin. Les treize gars du groupe lui apparurent aussitôt : silhouettes et faces d'hommes qu'un bref éclat de mémoire illuminait. Il n'avait plus d'amis, il n'y avait pas d'agneaux en ce monde. Les visages se surimposaient. Que tracer de plus que des noms ? Il écrivit ensuite ceux-ci : Verginé Papazian, Atom Papazian, Arsinée, Haygouhie, auxquels il ajouta des mots sans suite, d'une consolante absurdité : roc, manger, cendres, pipe, crin, corne, rivière, huile, peuplier, carpe, héron. Il enverrait cet après-midi un télégramme à Gladys Heather. Il irait de par les rues et s'exposerait à la vue de tous. Il verrait certainement l'autre, celui qui est muet et qui frappe. Il y aurait combat. Je serais vainqueur, je le dois, se dit-il, je le dois à Atom et Verginé. On ne touchera pas à un cheveu des Papazian.

A propos de l'auteur :

Écrivain et éditeur, Daniel Arsand est notamment l'auteur de :
  • La Province des ténèbres (Phébus, prix Femina du premier roman, 1998),
  • Lily, En silence et Des amants (Stock, 2008, Livre de Poche 2010).
  • Nombre de pages : 384
  • Prix éditeur : 20,00 €

Haut de page


lien

Les Petits-Enfants

Ayse Gül ALTINAY
Fethiye Çetin

1 mai 2011

Editions Actes Sud

Comme un pont s'élançant d'une rive à l'autre de la mémoire, ce livre entrouvre les portes du silence et se déploie vers l'espérance d'un avenir nouveau.

Car cet ouvrage se fait l'écho du témoignage de vingt-quatre descendants de rescapés du génocide arménien. Ces rescapés qui ont échappé au pire en étant le plus souvent convertis, volontairement ou non, à l'islam. Aujourd'hui ces petits-enfants présentent des profils bien différents et souvent inattendus : kurdes, turcs, alévis ou sunnites, mais tous ont appris incidem­ment qu'ils appartenaient à une communauté honnie, que leurs aïeux étaient chrétiens, des chrétiens de Turquie.

Le choc de cette révélation tardive provoque en eux des réactions diverses, qui vont de la culpabilité à un étrange flot­tement entre deux mondes, composant un tableau des sensi­bilités à l'œuvre dans la Turquie d'aujourd'hui.

Après Le Livre de ma grand-mère, publié aux éditions de l'Aube en 2006, ces témoignages offrent un éclairage excep­tionnel sur le grand tabou de l'histoire turque récente : le génocide arménien.

Ces récits de vies donnent par ailleurs la mesure de ce que pourrait être une histoire non expurgée du passage douloureux de l'Empire à la République, ainsi que de la mise en place d'une idéologie officielle.

A propos de l'auteur :

Ayse Gül Altinay est enseignante en anthropologie à l'université Sabanci à Istanbul. Elle a publié plusieurs études sociologiques de grande importance, en anglais et en turc, et a participé à l'aventure du livre intitulé Ebru (Actes Sud, 2009). En 2008, le prix Duygu Asena du Pen Club turc lui a été attribué pourson livre La Violence à l'égard des femmes en Turquie.
Fethiye Çetin est avocate, porte-parole du Groupe de travail sur les droits des minorités. Elle est aussi l'avocate du journaliste Hrant Dink, assassiné en 2007. Elle est l'auteure d'un récit, Le Livre de ma grand-mère, qui a connu un immense succès en Turquie et de par le monde.
 

  • Nombre de pages : 336
  • Prix éditeur : 23,80 €
  • amazon
  • fnac
  • alapage
  • Actes Sud
  • Librairie Samuélian - 01 43 26 88 65

Haut de page


lien

Mémoires d’une déportée arménienne

Pailadzo Captanian

10 décembre 2010 (réédition)

Editions Jacques Flament Editions

Les “Mémoires d’une déportée arménienne” furent publiés à Paris par l’éditeur Flinikowski, en 1919.


Ce document de Pailadzo Captanian constitue à coup sûr un témoignage capital sur le génocide arménien et les déportations de 1915.


Pailadzo Captanian, femme d’instituteur et honorable mère de famille de Samsoun, tint un journal détaillé des tragiques événements qui marquèrent sa déportation.
Destination initiale : Deïr-Ul-Zor, lieu de sinistre mémoire de la destruction raisonnée et programmée où furent massacrés près de 200 000 Arméniens. Heureusement pour elle, son voyage au bout de l'enfer prendra fin à Alep.


Le journal qu’elle tenait ayant été perdu, elle a restitué de façon méthodique et structurée ses souvenirs profondément marqués par les souffrances et les humiliations endurées durant son épouvantable marche au sein des caravanes de déportés. 

 

 

"Préface et annotations d'Anahide Ter Minassian"

  • N° ISBN : 9782363360052
  • Nombre de pages : 160
  • Prix éditeur : 14,90 €

Haut de page


Page : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17

Nous écrire Haut de page Accueil XHTML valide CSS valide